Les cerveaux givrés à l’eau pour la troisième année

Les cerveaux givrés ont déjà plusieurs fois déjà l’eau froide lors de la coupe de Noël et lors des entraînements. Cette année nous sommes un groupe encore plus grand (18 personnes) et encore plus motivé pour soutenir la recherche sur la maladie d’Alzheimer à travers ce défi sportif. Soutenez-nous pour la troisième fois https://www.givengain.com/ap/cerveauxgivres2019 :

Merci pour votre présence lors de la 4ème Journée Genevoise de l’Alzheimer du 17 septembre 2019

Nous tenons à vous remercier vivement d’être venus nombreux à la Journée Genevoise de l’Alzheimer. Nos remerciements vont également à l’Association Alzheimer Genève pour cette collaboration nécessaire et fructueuse.

Nous espérons que vous avez apprécié les présentations de cette journée d’informations que nous organisons chaque année.

Au plaisir de vous rencontrer l’année prochaine ou lors d’un prochain événement.


 

Journée Genevoise de l’Alzheimer – le 17 septembre 2019

Quand: Mardi 17 septembre 2019 de 16 h à 20h
Où: Auditoire Marcel Jenny, HUG, 4 rue Gabrielle-Perret-Gentil, 1205 Genève


Venez nombreux!

 

La maladie d’Alzheimer, bientôt plus une fatalité?

 

LH06_science_alzheimer

© Getty

Alzheimer. Ils ne sont pas encore sur le marché, mais les premiers médicaments appelés à ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer ou, mieux, à la stopper sont en préparation avancée.

Celui qui a assisté, épuisé, à la lente extinction d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer, finalement emporté non pas par la démence, mais par une pneumonie ou par une infection à la suite d’escarres devenues impossibles à soigner, comprend le besoin urgent de traitements contre une maladie qui préoccupe désormais aussi l’Organisation mondiale de la santé (OMS)…

Lire l’article complet de Willy Boder / Hebo

Une découverte azuréenne va-t-elle relancer l’espoir dans la recherche sur Alzheimer?

CNRS IPMC DE SOPHIA ANTIPOLIS LE DR MARIE AINSI QUE SON EQUIPE TRAVAILLENT SUR UNE NOUVELLE MOLECULE CONTRE LA MALADIE D'ALZHEIMER - Photo Nice-Matin / Patrick Clementé
CNRS IPMC DE SOPHIA ANTIPOLIS
LE DR MARIE AINSI QUE SON EQUIPE TRAVAILLENT SUR UNE NOUVELLE MOLECULE CONTRE LA MALADIE D’ALZHEIMER – Photo Nice-Matin / Patrick Clementé

Passé inaperçu pendant 30 ans, l’amyloïde-êta perturbe les fonctions neuronales. Sa découverte par une équipe de chercheurs de Sophia-Antipolis pourrait avoir des conséquences sur certains essais cliniques en cours. 

Le bêta amyloïde était jusqu’à ce jour considéré comme le principal suspect, voire le seul impliqué dans les effets dévastateurs sur le cerveau de l’une des maladies les plus redoutées: Alzheimer.

Ainsi, depuis 30 ans, la plupart des recherches, mais aussi des essais cliniques ciblent ce fameux peptide avec l’espoir d’empêcher ou de corriger son accumulation néfaste dans le cerveau.

Aucun de ces travaux n’a pour l’heure abouti à la mise au point d’un traitement efficace, même si quelques études en cours sont encourageantes.

C’est dans ce contexte – un peu morose- qu’est publiée lundi par la prestigieuse revue Nature la découverte majeure réalisée par une équipe sophipolitaine (IPMC-CNRS) conduite par Hélène Marie.

Que révèle-t-elle? Que le bêta amyloïde, sur lequel tous les regards sont braqués, n’est pas le seul acteur de cette sombre histoire d’Alzheimer. Sans que personne en 30 ans n’ait jamais soupçonné son existence, un autre peptide, qui pourrait se révéler aussi dangereux, exerce ses effets toxiques dans le cerveau.

Un véritable coup de tonnerre qui devrait permettre aux « enquêteurs » de mieux comprendre les raisons des échecs de certains essais cliniques, mais surtout de progresser sur la piste thérapeutique.

Source: Nice Matin

Plus d’info en anglais:
Alzheimer’s disease: Overlooked for 30 years, there is a new kid on the block.

 

 

Vers un traitement plus précoce de la maladie d’Alzheimer

Grâce à une nouvelle technique d’imagerie, des chercheurs de l’EPFL et de l’Université de Genève ont mis à jour la manière dont les différentes zones du cerveau interagissent entre elles. La découverte pourrait servir au diagnostic précoce d’Alzheimer.

Source: Nature Communications
Source: Nature Communications

En observant les flux sanguins, il est possible de déterminer quelles parties de la boîte crânienne sont activées et comment elles collaborent, a indiqué ce vendredi 17 juillet l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

En observant des individus en bonne santé et au repos, les scientifiques ont identifié treize réseaux principaux actifs dans le cerveau. Quatre de ceux-ci travaillent simultanément en moyenne. «Jusqu’ici, on pensait que les zones s’activaient en alternance et avec peu de coordination», précise le professeur Dimitri Van De Ville.

Troubles du spectre autistique

La maladie d’Alzheimer se caractérise par une dégradation de plusieurs réseaux de neurones à différents endroits du cerveau, avant même l’apparition de signes cliniques. Publiée dans la revue Nature Communications, la découverte ouvre la voie à un traitement précoce de cette pathologie et des autres maladies neurologiques.

Coauteur de la recherche, Isik Karahanoglu utilise la même technique d’imagerie pour mieux comprendre certains troubles qui gravitent autour de l’autisme. (ats/Newsnet)

 

Résultat du tirage de la loterie de la soirée 7* pour la Recherche en faveur de l’Association Suisse pour la Recherche sur Alzheimer

Résultat_tirage_officiel_2015 juin16

Coordonnées pour retirer les lots : Claudia de Carvalho et Julien Favre-Dérez – 7, rue Versonnex, 1207 Genève.
Tél: 022 544 25 33, email: cdecarvalho@recherchealzheimer.ch et jfavre@recherchealzheimer.ch

 Les lots sont à disposition jusqu’au 23 décembre 2015. Les lots non réclamés seront remis en jeu durant la prochaine édition.