Grâce à vous tous, la soirée du 7 mars 2018 affiche COMPLET!


Des étoiles pour la Recherche sur l’Alzheimer

La soirée affiche complet et nous vous remercions pour votre enthousiasme. Pour ceux qui n’ont malheureusement pas eu leur place nous espérons vous accueillir lors d’un prochain événement!

Vous pouvez adresser vos dons en faveur de la recherche ou acheter des billets de loterie!

Cliquer sur les photos pour voir les informations détaillées ou faites votre réservation en cliquant directement ici!

Réservations en cliquant sur l’image ou en suivant le lien https://recherchealzheimer.ch/formulaire-inscription-pour-le-gala-du-7-mars-2018/

ZAZ // Messmer // DJ VickyQueen // M. Roth // E. Renaut // P. Hermé // J. Robuchon
Au Président Wilson le 07/03/18
Dès CHF 267.- par personne // Dîner – Spectacle – Showcase – Danse

Nombre de places limité!

Inauguration du Centre de la mémoire des HUG

Cliquez sur l’image pour visualiser la brochure complète

L’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer est fière d’avoir été l’initiateur de ce beau et ambitieux projet qui sera au service de la population genevoise avec des professionnels médicaux de pointe dans le monde scientifique de la maladie d’Alzheimer et d’autres démences.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) inaugurent ce jour leur nouveau Centre de la mémoire destiné à la prise en soin des patients, à l’accompagnement de leurs proches, à la recherche et à la formation continue postgraduée des médecins généralistes et spécialistes ainsi que du personnel du réseau de soins à domicile et en EMS.

L’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer (l’APRA) est heureuse d’être à l’initiative de ce beau projet pour la population genevoise. Le nouveau centre a en effet bénéficié de la vision, de la détermination et de la générosité de l’APRA qui s’est engagé à hauteur de 3 millions de francs sur 5 ans.

Après avoir financé différents projets des HUG entre 2012 et 2014, l’APRA a favorisé une réflexion appronfondie avec les spécialistes et les directions générales et médicales de l’établissement afin de structurer et globaliser la recherche dans ce domaine. Son engagement se concrétise aujourd’hui grâce à une volonté commune de l’APRA et des acteurs décisionnaires – les HUG et le Conseil d’Etat – et également grâce au soutien de ses donateurs. Ensemble ils offrent ainsi à la population genevoise un centre clinique et académique multidisciplinaire de référence.

Les patients sont au cœur du projet et de nos préoccupations, de nos réflexions et de nos ambitions. « Pour eux, pour leur famille, pour l’avenir de notre société, faisons que ce centre et les recherches qui y seront menées apportent leurs contributions afin que cette terrible maladie soit définitivement comprise, vaincue et devienne un lointain souvenir » a déclaré Tim Brockmann, Président de l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer.

Pour nous, Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer, Hôpitaux Universitaires de Genève et Université de Genève, le Centre de la mémoire est le pari d’offrir aux citoyens genevois la technologie de pointe, les soins efficaces et l’approche humaine qu’ils méritent.

Mauro Poggia, Tim Brockmann, Pr Anne-Françoise Allaz, Pr Giovanni Frisoni, Pr Gabriel Gold, Bertrand Levrat

Duplex en direct du 12:45 avec Agnès Wuthrich

Tim Brockmann, président de l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer

 

Pourquoi il faut veiller au taux de cholestérol

Ce rôle du cholestérol dans la régulation des protéines du cerveau pourrait en effet être une clé essentielle dans le développement des maladies du système nerveux central telles que la maladie d’Alzheimer. C’est ce que documente cette recherche de l’IMIM (Hospital del Mar Medical Research Institute- Barcelone) : le cholestérol présent dans les membranes cellulaires pourrait interférer avec la fonction d’une importante protéine membranaire du cerveau, à travers un mode d’interaction jusque-là inconnu. Des conclusions présentées dans la revue Nature Communications qui ouvrent un nouveau paradigme dans la relation entre le cholestérol membranaire et une famille de protéines essentielles dans la transmission des signaux et la communication entre les cellules du cerveau.  

L’étude démontre que le cholestérol présent dans les membranes cellulaires est capable de réguler l’activité du récepteur d’adénosine, en l’envahissant et en accédant au site actif. En interagissant avec ces protéines, il serait donc possible de développer de nouveaux traitements de maladies neurodégénératives de type Alzheimer. Le récepteur de l’adénosine appartient à la famille des GPCR (G Protein-Coupled Receptors), une famille de protéines situées dans les membranes cellulaires au rôle clé dans la transmission des signaux et la communication entre les cellules du cerveau. Ces protéines sont donc impliquées dans un très grand nombre de processus physiologiques importants, dont la vision, l’odorat, le goût, la régulation du système immunitaire dont l’inflammation ainsi que dans le comportement.

Or le cholestérol est un composant essentiel des membranes neuronales, où les GPCR résident avec d’autres protéines. Et les taux de cholestérol dans la membrane sont altérés dans des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. L’étude montre que le cholestérol peut exercer une action directe sur cette importante famille de protéines dans les membranes neuronales, les GPCR, et cette voie d’interaction jusqu’alors inconnue entre la membrane cellulaire et les protéines pourrait être une cible précieuse pour de nouvelles thérapies. 

Quel mécanisme ? Les 2 mécanismes jusque-là envisagés sont que le cholestérol pourrait altérer les propriétés physiques de la membrane ou encore se lier à la surface de la protéine, et dans ces 2 cas, exercer son action modulatrice de l’extérieur de la protéine. L’étude révèle qu’en fait le cholestérol peut quitter la membrane neuronale et entrer dans le récepteur de l’adénosine et accéder ainsi au site actif du récepteur et moduler son activité. Ainsi, le taux de cholestérol dans les membranes cellulaires pourrait avoir un effet direct sur le comportement des protéines clés dans les maladies du système nerveux central. 

Des niveaux élevés de cholestérol membranaire comme ceux présents chez les patients atteints d’Alzheimer vont bloquer le récepteur adénosine, et donc la communication neuronale. Et cela pourrait expliquer bon nombre de symptômes dans les maladies neurodégénératives et permettre le développement de nouvelles molécules qui, comme le cholestérol, ont la capacité d’entrer dans le récepteur et de moduler son activité. Il reste à découvrir si ce mécanisme moléculaire est présent dans d’autres protéines GPCR et donc impliqué dans d’autres maladies du système nerveux central.

« Copyright © 2017 AlliedhealtH www.santelog.com 

Vers un traitement de la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs britanniques ont mis au point un traitement encourageant contre la maladie d’Alzheimer, qui touche 35 millions de personnes dans le monde. La Maladie d’Alzheimer est due à l’arrêt de la production par le cerveau de certaines protéines. Incapables de se défendre, les cellules nerveuses meurent. Des chercheurs britanniques ont mis au point un procédé chimique permettant de stopper la mort de cellules nerveuses chez la sourire. 

Alzheimer Graphic (source: The Independent)
Alzheimer Graphic (source: The Independent)

En savoir plus sur LEXPRESS. ou en anglais sur The Independent  ou sur Science Translation Magazine (un peu plus téchnique).

 

 

 

L’Alzheimer pourrait être lié à une meilleure hygiène selon des scientifiques

clean handsUn article paru dans « The Guardian » le 4 septembre 2013 parle d’une recherche dans 192 pays qui arrive sur une conclusion que l’amélioriation du système d’hygiène pourrait augmenter le nombre de cas d’Alzheimer. Les scientifiques on lié « l’hypothèse de l’hygiène » – l’idée qu’une manque d’exposition au germes, aux virus et aux parasites endommage note système immunitaire – au taux d’augmentation de la maladie dans des pays riches.

Des preuves montrent que dans des pays avec un risque d’infection relativement bas il y a plus de personnes qui souffrent d’Alzheimer. La Suisse et l’Islande, avec des taux d’infection très bas, sont atteint par l’Alzheimer beaucoup plus que la Chine ou le Ghana (12% de cas de plus ).

James Pickett, directeur de la recherche pour l’Alzheimer’s Society, assure estime que la théorie de l’hygiène, avancée par l’équipe, « est intéressante » et est « en vague adéquation avec les liens que l’on connait entre la maladie et les inflammations ». »Il est toujours difficile de mettre le doigt sur un facteur et cette étude n’élimine pas le rôle de nombreux éléments comme le régime alimentaire, l’éducation, la santé ».

Selon James Pickett, la meilleure façon pour réduire le risque de cette maladie est encore et toujours « de manger sainement, de faire de l’exercice, de ne pas fumer et de surveiller sa pression sanguine et son cholestérol ».

Pour lire l’article du Guardian, en anglais: Alzheimer’s may be linked to better hygiene, say scientists

Le rapport de la recherche sur lequel se base l’article a été publié dans le magazine « Evolution, Medicine and public health » (en anglais)

Video: Dr. Molly Fox discusses her research on the link between hygiene and Alzheimer’s

Scanner U-Spect- projet financé

U-Spect

U-Spect

Un Scanner U-SPECT et un EEG-128 canaux – Département de santé mentale et de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG)

Lire plus…