Il n’y aurait pas une, mais trois maladies d’Alzheimer

Un consortium européen de médecins et de scientifiques dirigé par l’Université de Genève (UNIGE) et les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) propose un nouveau cadre d’analyse de la maladie d’Alzheimer.

Un changement profond de paradigme sur la manière d’aborder la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est loin d’être une maladie monolithique. C’est en substance, la découverte majeure de cette équipe européenne qui lui permet de catégoriser les malades en trois groupes qui se distinguent selon leurs facteurs de risque, les caractéristiques de leur maladie et leur devenir :

  1. Les personnes porteuses d’une mutation génétique héréditaire. Cette mutation conduit au développement systématique d’un déficit cognitif précoce (entre 30 et 50 ans)
  2. Les personnes souffrant d’une forme sporadique de la maladie. Le développement des symptômes de déficit cognitif est différent selon la présence ou non d’une variation génétique (l’allèle e4 du gène APOE), qui apparaît comme un facteur de risque important. Dans ce cas, deux personnes porteuses sur trois développeront les symptômes de la maladie d’Alzheimer
  3. Enfin, chez les personnes sans mutation génétique associée, la présence de protéines neurotoxiques apparaît comme un facteur de risque important mais pas unique

Une prise en charge différenciée et précoce des personnes à risque

Cette catégorisation en trois groupes distincts est un grand pas pour la recherche puisqu’elle permettrait à terme, d’abandonner le protocole standardisé actuel au profit d’une personnalisation des stratégies préventives et thérapeutiques.

Enfin, l’identification précoce des personnes à risque nécessitait jusqu’à présent des procédures invasives telles que la ponction lombaire. Aujourd’hui, la récente mise au point d’instruments capable de détecter la présence des « agents coupables » dans le sang pourrait permettre d’intégrer ce dépistage dans des check-up de routine.

Lire l’article de l’UNIGE (temps de lecture 5′)

Ces travaux ont été réalisés grâce au soutien de plusieurs organismes dont l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer (APRA)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :